[Forum Archive] Jeu de rôle d'interprétation sur forum, concernant un monde futuriste et post-apoalyptique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Regarde la tour, assise sur un banc

Aller en bas 
AuteurMessage
Catherine Elflamm
Inspectrice impulsive
Inspectrice impulsive
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:24

La tour Anor lisen s'élevait au dessus d'assiah. Surplombant impassiblement les rues et ruelles que la violence gangrenait de plus en plus surtout la nuit tombé. C'était un magnifique endroit et la vue était imprenable d'en haut. Elle même ni était monté qu'une seul fois. En faite elle avait un peu le vertige et la jeune femme avait toujours eux peur d'y monter. Sauf pour y retrouver un jour en plein nuit Nathanael. C'était un peu avant qu'il se fiancée. Son coéquipier n'était pas bien depuis plusieurs jours et Catherine avait été trop occupé pour vraiment être à ses cotés alors il était monté ici pour réfléchir. Dès qu'elle l'avait put, l'inspectrice avait bravé l'interdit que sa peur lui posait pour monter en haut. Et ce fut sûrement l'un des plus belle nuit qu'elle avait passé dans sa vie. Seul en haut ils avaient passé la nuit à faire l'amour. Le lieu plus le risque de voir arrivé d'autre personne plus la hauteur n'avait fais qu'augmenter le désir et le plaisir de Catherine. Ils avaient finit par s'endormir pour se faire réveiller par un garde le lendemain. Heureusement le couple avait pensé à se rhabiller le soir, plus pour ce protéger du froid que pour d'éventuelle badaud. Cette nuit avait marqué le début de la premiere semaine de vacance qu'ils avaient prient, passant tout leur temps au lit sans se soucier de rien d'autre que leur envie mutuel.

Tous cela n'était que des souvenirs et aujourd'hui Catherine ce trouvait assise sur un banc au pied de la tour, n'osant pas y monter autant par peur que pour ne pas modifier les souvenirs qu'elle avait de ce lieu. Mais elle ne pouvait s'empêcher de revenir comme un pelerinage sur un lieu saint. Si les membres de l'église savait qu'elle voyait ce genre de chose comme un endroit digne de la mention saint, elle se ferait sûrement accusé d'hérétique. Catherine ne fut jamais très croyante de toute façon.

"Tu me manque tu sais. Si seulement j'avais été moins stupide ce jour là."

Pour Catherine c'était de sa faute si Nathanael était mort. Ce n'était pas toute à fait faux. Elle l'avait neutralisé ce malfaiteur, mais pas assez. L'inspectrice aurait du le tuer pour être sur.


[ qui veux mais pas de baston cette fois enfin pas de suite mdr.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden
Erelim
Erelim
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:25

Il perdait la tête.

Non, vraiment…

*Arrêtes-toi. Fais demi-tour. Tu n'as rien à faire là-bas, rien…*

Et pourtant il entendait toujours ses talons faire chanter les pavés de la ruelle. Eden aurait pu paraître aux yeux de n'importe quel passant excessivement tendu –quoi de plus normal, pour une "jeune-femme-seule-au-soir". Le travesti portait un long manteau noir cintré, qui ne dévoilait que ses jambes aux lignes effrontément féminines terminées par de hautes bottines à lacets. Il avançait les mains enfoncées dans les poches, et le regard dans le vague. Les boucles amarantes de ses cheveux s'échouaient sur ses épaules, voletant parfois sous un brise vespérale qui ne manquait jamais d'arracher un froncement de sourcils réprobateur au jeune Erelim. Il n'aimait définitivement pas avoir froid.
Son regard, ce jour-là d'une tendre teinte de jade, se porta presque avec crainte vers la majestueuse silhouette de l'Anor Lisen. Son objectif. Du moins s'il était assez fou pour parcourir le chemin restant.

*Tu n'as rien à faire là-bas, Coppélia…C'est pour les amoureux. Les a-mou-reux, donc pas pour toi!*

Il se souvenait bien de la dernière fois où ses pas l'avaient mené jusqu'à cette tour. Le même soir il avait rencontré Mihka. Et son existence avait dès lors effectué un virage étourdissant –et douloureux, il fallait aussi le dire.

Lorsque Eden s'arrêta, il se trouvait déjà à destination. Il n'avait donc pas eu la bonne idée de rentrer se réfugier au Karyukai… Pourtant il aurait pu passer une "bonne" soirée, à suivre d'un œil curieux les allés et venues de sa sculpturale mère maquerelle, en sirotant un Bloody Mary jusqu'à ce qu'un intéressé vienne l'accoster…Mais voilà. L'Anor Lisen était là, juste devant lui, irradiant d'un poétique éclat qui ne pouvait que lui retourner l'estomac.
L'Erelim poussa un soupir en abaissant brièvement ses paupières, et ses épaules menues suivirent le mouvement. Il se trouvait stupide. Mais vraiment stupide. Sa sortie ne rimait à rien…Mihka était parti pour de bon, n'est-ce pas?
Ses lèvres rouges croquèrent un fugace sourire désabusé qui passait presque pour un spasme musculaire. Oui, pour de bon…
Son seul espoir, son seul désir était de le revoir au moins une fois; et être capable de lui dire qu'il avait changé.
L'Erelim, les yeux plantés sur le sol, sentit son cœur se serrer douloureusement. Changer était une bien belle résolution, mais encore fallait-il en avoir les moyens…et le temps. Car dans son cas, ce facteur était bien moins aléatoire que chez un citoyen lambda…

Eden effectua soudainement un demi-tour, tournant le dos à l'imposant vestige, et décida de régler son dilemme en se dirigeant vers un banc –certes déjà occupé- pour s'y asseoir. Il avait besoin de réfléchir. Peut-être était-ce la véritable raison de sa venue ici, après tout.
Coppélia poussa un soupir léger, croisa les jambes et entreprit de tordre soigneusement ses mains gantées de noir l'une contre l'autre pour se détendre. La femme assise à côté de lui, quand il lui avait jeté un discret coup d'œil, était plongée dans une contemplation quasi méditative de la tour. Elle était de petite taille, et les longs cheveux châtains-blonds s'écoulaient sur ses épaules accentuaient son apparente fragilité, bien qu'elle lui semblait plus âgée que lui.

L'Erelim porta aussi son regard vers l'Anor Lisen, et regretta soudainement de n'avoir rien sous la main pour se calmer –cigarette, alcool, chocolat, n'importe quoi qui puisse le rasséréner efficacement. Un voile d'encre bleuté était tombé sur Assiah, le ciel était nu de tout nuage, mais il y avait encore trop le lumière pour que l'on y aperçoive la moindre étoile. Et au beau milieu de cette toile crépusculaire se dressait l'antique tour, qui ne tarderait pas à fermer ses grilles aux visiteurs. Les derniers visiteurs étaient le plus souvent des couples, qui se tenaient par la main en s'échangeant des sourires et des œillades répétées.

Non, vraiment. Ce n'était pas un endroit pour lui.

"Imbécile…" murmura-t-il du bout des lèvres, tout en passant une main noire et fine sur son visage incliné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Elflamm
Inspectrice impulsive
Inspectrice impulsive
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:25

Perdu dans ses sombres pensées et joyeux souvenirs Catherine n'étendit pas Eden arriver. Elle était en train de ce remémorer plein de chose comme les affaires qu'elle et Nathanael avait traité ensemble. Les affaires bizarres c'étaient leur train train quotidien. Une gamine c'était faite violer puis découpé à coup de tronçonneuse c'était pour eux. Un tête retrouvé à flotter dans le fleuve pour eux. Une vielle dame enchaîné à une table avec son sang ayant servit à dessiner des symboles ésotériques pour eux. Bien sur cela pouvait sembler assez "hard" par moment mais ils avaient aussi passé de bon moment. De toute façon il fallait trouver un moyen de rire sinon jamais ils auraient tenue aussi longtemps. Et puis c'était assez rare que ce genre de chose arrivent, le plus souvent il se contentait d'affaire plus normal.

Soudain un mots attira son attention. Imbécile. Se retournant elle vit que quelqu'un c'était assise prêt d'elle. Catherine ne put d'ailleurs s'empêcher de sursauter en découvrant qu'une inconnue avait réussi à la surprendre. La main sur le coeur, elle respira doucement.

" Vous m'avez fait peur."

Finit elle par dire après quelque seconde de respiration pour ce calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden
Erelim
Erelim
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:26

" Vous m'avez fait peur."

Ce fut au tour d'Eden de tressaillir de surprise.
Ses grands yeux teintés de vert rencontrèrent ceux de Catherine, et il resta un instant immobile, à la dévisager avec une expression passablement étonnée ancrée à ses traits. Il ne s'était absolument pas attendu à ce que sa "voisine de banc" lui adresse directement la parole –il pensait que son murmure était resté discret, n'avait-ce pas été le cas? Mais cela ne représentait d'une part de ce que composait sa vague stupeur.
Les prunelles d'émeraude de l'inconnue lui parurent instantanément… profonds. Profonds comme pouvait l'être une insondable forêt, ou un gouffre empli d'échos sans âges. Il connaissait ce regard ; il le trouvait chez toutes ces personnes –si nombreuses à errer dans le Karyukai- qui enfouissaient inlassablement leurs souvenirs douloureux en eux. Depuis quelques mois, Eden se sentait un peu comme eux, lui aussi.
…Et tout ça, c'était la faute de Mihka. Il aurait du le maudire pour ce qu'il avait fait; maintenant Coppélia était une poupée à la porcelaine ébréchée, et cette fragilité ne lui apprenait que les sentiments de souffrance et de manque, que l'espoir parvenait à peine à compenser.

L'Erelim chassa laborieusement ses pensées blafardes derrière un brouillard opaque et reposant, puis esquissa un léger sourire à l'intention de l'inspectrice. Il fit d'une voix basse et douce -et surtout aussi androgyne que son apparence elle-même:

"Désolé…Je pensais tout haut."

Son sourire prit un pli plus ironique, alors qu'il ajoutait d'un ton détaché tout en jetant un regard scrutateur vers l'impassible Anor Lisen:

"C'est un endroit particulièrement déprimant pour les célibataires ou les nostalgiques … (il ponctua sa phrase d'un petit rire évanescent) Manque de chance, je suis un peu des deux."

Eden se calla plus confortablement sur le banc, et leva le menton comme pour contempler en contre-plongée le lampadaire qui venait de s'allumer au-dessus d'eux. Combien de temps comptait-il rester ici?

Jusqu'à ce que le froid ait raison de son endurance, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Elflamm
Inspectrice impulsive
Inspectrice impulsive
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:26

La surprise de Catherine contamina celle qui se trouvait prêt d'elle. Cela fit naître un délicat sourit sur ses lèvres chose trop rare depuis trop longtemps. Lorsque le regard des deux inconnues ce croisèrent le temps sembla se figer chacun fixant les prunelles de l'autre.

"Il n'y a aucun mal."

non il n'y avait pas de mal. Même du bien puisque un instant celui qu'elle aimait avait quitter son esprit pour ne revenir que plus tard et malheureusement par moment elle espérait que le retour de ce dernier ce fasse de plus en plus rare. Pas qu'elle avait envie d'oublier. Catherine serait sûrement perdu si elle ne ressentait plus cette douleur si accoutumiere et quotidienne.

"Il y a beaucoup trop de personnes qui sont les deux dans cette ville. Et à mon grand malheur j'en fais aussi partie."

Catherine s'avança. Posant ses coudes sur ses genoux et son menton sur ses mains pour continuer de regarder la tour. Elle ne voulait pas trop fixer la jeune femme prêt d'elle. Ses yeux avaient quelque chose de dérangeant. Bien sur jamais elle ne pourrait deviner que c'était en faite un homme qui se trouvait prêt d'elle, à moins bien sur qu'il fasse une faute d'interprétation dans son rôle de femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden
Erelim
Erelim
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:26

Les mains d'Eden grimpèrent, paresseuses lianes de velours noir, pour rajuster l'encolure de son manteau sur sa clavicule en quelques gestes secs mais précautionneux. Les yeux pers perdus dans l'impalpable voile sombre qui tombait sans bruits sur les alentours de la Tour, l'Erelim se répétait mécaniquement qu'il commençait à faire froid. Une méthode Coué qui le faisait se tasser lentement et graduellement sur son banc, les bras croisés sur son torse et la tête à nouveau inclinée vers l'avant.

"C'est regrettable…"

Catherine avait elle aussi changé de position; prostrée, mais le regard chevillé vers l'Anor Lisen assoupi, elle paraissait plutôt pensive –et fuyante…?
Eden posait de temps en temps son regard sur elle, mais il finissait toujours par s'évader; puis par revenir, poussé par il ne savait quelle curiosité. Sa réponse n'avait été qu'un soupir nimbé d'une sorte d'ironie amère qu'il ne dirigeait que contre lui-même. Ses mots n'avaient été articulés que pour la forme, et ils étaient dépourvus de sens profond; parce qu'il n'avait pas envie de laisser retomber un silence au parfum de pluie entre cette jeune femme et lui, tout simplement. L'idée qu'elle soit sans doute la première personne à qui il s'adressait qui n'avait sûrement aucun rapport avec le Karyukai et ses féaux le laissait presque…satisfait. Et mal à l'aise à la fois.
Eden avait-t-il le droit d'avoir des amis…? Coppélia en avait tellement qu'il ne les comptait plus…! Et tout ces atours étaient tellement faux, tellement artificiels que ça en devenait écœurant...Non en fait, il n'en avait jamais qu'un seul, d'ami.

*"Il est grand temps de changer", hein…*

Intérieurement, toutes ses facettes, aussi brillantes et plates que des miroirs se disputaient sur le bien-fondé de cette résolution. Encore une fois.
L'Erelim passa furtivement une main sur son visage, exténué par ces interrogations inhabituelles qui n'en finissaient plus de le troubler. Son regard pers retomba sur Catherine. Et une idée –folle, complètement saugrenue, stupide, selon touts les reflets de Coppélia- germa dans son esprit.

Le travesti se leva alors, les mains croisées sur son torse comme pour se protéger du froid. Les talons de ses bottines crissèrent un peu sur la poussière, et quelques mèches rouges coulèrent sur sa joue de porcelaine. Il coula un regard aussi affable que possible vers Catherine, et prenant métaphoriquement son élan, il reprit d'une voix douce aux accents légers:

"Il commence à faire froid par ici…Je vous invite à prendre un verre?"

L'important, c'était de ne pas penser. Car songer à ce qu'il venait de faire reviendrait à prendre peur; et pourquoi pas s'enfuir en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Elflamm
Inspectrice impulsive
Inspectrice impulsive
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:26

Catherine n'écoutait que d'une oreille ce que lui disait la jeune femme ce trouvant prêt d'elle, essayant plutôt de penser à autre chose qu'à ses problèmes de dépression chronique continuelle. Mais la grande tour ne l'aidait pas du tout dans ce sens.

Le silence s'installa entre les deux personnes chacune semblant réfléchir de son coté à ses propres problèmes. La jeune femme ne put s'empêcher de soupirer bruyamment s'adossant de nouveau au dossier du banc avant d'enfoncer de façon assez peu sexy ses mains dans les poches de son treillis. Un léger sourire se dessina lorsqu'elle sentit contre son bras le renflement que faisait son arme à feu sur sa veste rouge sombre. L'une de ses deux seules véritables amies. C'était assez minable comme fassons de penser. Considérer deux objets, surtout aussi dangereux comme ses amies était signe d'un léger problème.

Catherine leva les yeux vers la jeune femme qui avait prit place à coté d'elle et qui maintenant lui faisait face. L'inconnue venait de proposer de lui offrir un verre. Rapidement elle réfléchit. Jetant un rapide coup d'oeil elle constata qu'elle avait le temps avant son prochain service, presque 8 heures. Et elle n'avait pas l'intention d'aller dormir de toute façon.

« Oui j'accepte volontiers. »

Elle se releva à son tour.

« Je vous suis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden
Erelim
Erelim
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:27

Les lèvres d'un rouge cerise de l'Erelim s'étirèrent en un sourire ravi qui avait l'air en tout point sincère. Même son visage entier semblait s'être soudainement éclairé quand Catherine avait accepté son invitation. Oui, il avait l'air vraiment content.
Qui alors aurait pu deviner en cet instant Eden était totalement terrifié?

*Je perds la tête. *

"J'ai repéré un petit café, à deux rues d'ici. J'espère qu'il est toujours ouvert!"

Le travesti roux adressa un regard limpide à Catherine qui venait de se lever, l'air presque amusé par la nette différence de taille entre eux deux. Il arborait à la perfection un minois presque gamin et insouciant, qui avait le mérite de faire passer son agitation nerveuse pour une forme d'enthousiasme d'adolescente en quête de distraction.
Intérieurement, il se demandait sérieusement s'il ne ferait pas mieux de rentrer en courant au Karyukai pour se terrer au fond d'un lit, en attendant que cette rencontre soit réduite en miette par sa mémoire. Mais c'était trop tard pour rebrousser chemin, n'est-ce pas?

Eden marchait d'un pas tranquille, Catherine marchant presque à côté de lui le long du trottoir désert. Les réverbères dessinaient à intervalles réguliers des tâches de lumière blafarde sur le sol, allongeant l'espace d'un instant les ombres, et parant de reflets froids et fugaces la blonde chevelure de l'inspectrice. Eden restait silencieux, mais c'était un silence serein ; il souriait toujours avec une douceur spécieuse dès que les yeux clairs de Catherine s'égaraient de son côté.
Le café qu'il avait mécaniquement noté dans un coin de son esprit en se rendant à l'Anor Lisen s'appelait L'Oiseau Bleu. C'était précisément ces lettres bleu ciel et alambiquées sur le store bicolore qui avait retenu son attention. L'Oiseau Bleu. Il avait faillit laisser échapper un rire amer en le voyant. Il avait faillit imaginer Mihka paisiblement installé à une petite table ronde, au-delà de la vitrine rendue opaque de reflets d'intérieurs et d'extérieurs confondus. Il s'était trouvé encore plus stupide, et son visage s'était fait plus inexpressif et froid que jamais.
Eden ne se demanda pas si c'était une bonne idée d'emmener son invitée dans un endroit qui ne lui éveillait que de mau…des souvenirs importuns.

"Au fait…"

Un joli sourire, des yeux vert lumineux, une voix comparable à un ruban de velours que l'on dénoue délicatement. Comme s'il n'avait jamais été amer et cynique sur le banc public de l'Anor Lisen. Qu' "elle" avait oublié tous ses tourments pour profiter de la présence d'une autre femme. Eden jouait mécaniquement son rôle, le plus parfaitement possible.

"Je ne vous ai pas demandé votre nom!"

Au fond, il avait peur. Peur et froid.

"Moi je m'appelle Coppélia."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Elflamm
Inspectrice impulsive
Inspectrice impulsive
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:27

La jeune femme semblait vraiment ravie que Catherine est accepté son invitation.

"S'il y a bien quelque chose qui reste ouvert dans cette ville ce sont les bars et cafés."

Son interlocutrice était vraiment une femme étrange. Elle devrait se méfier quand même. On ne sait jamais après tout ce qui s'était passé et puis quelqu'un s'était peut être rendue compte qu'elle avait commencé à poser des questions. Peut être était elle là pour que l'inspectrice arrête de fourrer ses rangers un peut partout.

*Faut dormir Catherine, tu deviens parano et en plus tu te parles.*

Catherine arpenta donc les trottoirs de la ville, pour rejoindre le café.

"Moi c'est Catherine. Catherine Elflamm. Enchanté Coppellia. C'est un drôle de prénom cela ou de nom remarqué."

Ou un pseudonyme pourquoi pas. Cela devenait courant de ce présenter avec un surnom qu'on nous avait ou qu'on s'était donné. Mais ce n'étais pas son genre et puis ses seuls surnoms avaient été donné par son défunt fiancé ou ses collègues, qui pour la plus part était mort maintenant.


Dernière édition par le Sam 13 Oct - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden
Erelim
Erelim
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:28

Eden accusa réception de cette nouvelle information avec un sourire toujours aussi doux et enjoué. Catherine Elflamm…L'Erelim pencha légèrement la tête de côté en élevant brièvement son regard vers la lumière blafarde du réverbère sous lesquels ils passaient avant de pénétrer sous le store encore tendu du café. Ce nom lui disait quelque chose. Mais il se trompait sûrement. Cette jeune femme n'avait certainement jamais posé pied au Karyukai…

A la remarque de l'inspectrice, il émit un petit rire aussi bref que léger, avant de répondre candidement:

"Oui, sûrement…un drôle de prénom…Mais ce n'est pas ma faute."

Les appliques murales diffusaient des lumières bleutées et douces. Il y avait peu de monde dans le Café –mais l'on sentait presque qu'il n'y avait que des habitués, à en juger par l'atmosphère sereine qui y régnait. Coppélia observa tranquillement –en apparence du moins- l'aménagement de la grande pièce principale, avant de se diriger vers le comptoir et de prendre place sur un des hauts tabourets. Il faisait un peu plus chaud à l'intérieur; il s'y sentait relativement bien. Ses yeux voletèrent légèrement sur le tableau où le menu du jour écrit à la craie n'avait pas encore été effacé, puis revinrent –encore- sur Catherine, assise à sa droite. Ses mains rajustèrent pour la énième fois le col de son manteau, et c'est à ce moment là que l'homme posté derrière le bar vint les saluer et prendre leur commande. Eden hésita un moment, une petite moue savamment étudiée fronçant ses lèvres carmines, puis demanda d'une voix encore songeuse qu'on lui serve un Black Russian –il restait fidèle à sa réputation de grand amateur de vodka. Et de l'alcool étai ce dont il avait besoin en ce moment.
Affectant une mine élégamment réjouie, Eden reporta son attention sur l'inspectrice. Il s'étonnait encore de ses traits un tantinet juvénile, mais il y avait quelque chose dans ses gestes, dans la fixité de son regard clair, qui contrariait cette impression de délicatesse. Avec ses vêtements rouges et ses cuirs, Catherine se s'accordait absolument pas avec le décor pastel du paisible café. Quant à lui, avec son manteau sombre et ses cheveux roux… Ce n'était pas un endroit pour lui. Non, en aucune façon. Aucun déguisement ne parviendrait à cela, aussi ingénieux soit-il.

Eden bénit l'arrivée de leurs commandes respectives, et s'empara bien vite de son verre de Black Russian pour un boire une première gorgée. Un vrai délice –mais sa préférence allait toujours pour le Bloody Mary. Coppélia poussa un soupir mimant la satisfaction en écartant doucement le cocktail de ses lèvres, pour observer les innombrables reflets lumineux qui se perdaient dans les sombres flots d'alcool.
Un petit sourire se coula sur son visage, et il fit d'une petite voix, en agitant légèrement son verre de vodka:

"Avec un petit peu de chance ce charmant barman me laisserait me saouler en paix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Elflamm
Inspectrice impulsive
Inspectrice impulsive
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:30

« Oui c'est sur. »

La premiere chose que remarqua Catherine en entra dans ce café est que ce n'était pas vraiment le genre d'endroit où elle avait l'habitude de traîner. C'était un lieu plus calme, plus feutré même plus chic que les bouis-bouis auquel elle était accoutumé. Résultat, elle se fit un peu plus petite que d'habitude ne se sentant pas vraiment à l'aise. Doucement elle suivit Coppelia jusqu'au comptoir où elle prit place à sa droite sur un des hauts tabourets, au moins elle ne l'avait pas mené à une des tables présent dans la salle. Rapidement le barman vint prendre leurs commande. Un cocktail pour Copelia et elle une bière comme à son habitude. Catherine n'avait jamais goûté au plaisir des cocktails, sans doute trop classe pour la jeune femme préférant les alcools plus simples. Puis sous le regard de son interlocutrice, qui commençait un peu à lui, peser elle retira sa veste rouge, relevant son débardeur noir et sa seconde arme à feu. Maintenant elle faisait encore plus tache dans ce décor.

Au moment où le barman dont le regard se faisait inquiet en découvrant l'armement de l'inspectrice, elle sortit de la poche arrière de son pantalon sa carte de police pour le rassurer et éviter ainsi bon nombres d'ennui

« Je doute que vous puissiez boire sans fin dans ce genre de lieu un peu trop guindé. »

Dit elle avant de s'enfiler une large gorgé de bière. Cela faisait un bien fou. Pourtant elle avait l'habitude de boire, depuis un peu plus de quatre ans elle ne tenait plus qu'à cela, depuis que son fiancé était mort l'alcool l'aidait à oublier quand le poids des souvenirs se faisait trop lourd, mais cette sensation de soulagement que cela lui procurait restait entière.

« Bon je suppose que vous avez devinez que je faisais partie de la police mais vous quel est votre profession? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden
Erelim
Erelim
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   Sam 13 Oct - 21:31

Lorsque Catherine ôta son manteau, les pupilles d'Eden s'étrécirent très, très légèrement. Un holster…?
Il n'était ni inquiet, ni effrayé. Juste surpris, et encore.
Il suivit avec un intérêt posé les gestes précis de la jeune femme, sortant de sa poche sa plaque pour la présenter au barman, la rangeant avec la même assurance, puis refermant sa main sur son verre. Les yeux pers de l'Erelim s'élevèrent pour s'ancrer solidement au visage de Catherine. Une policière. On ne pouvait espérer mieux –si ce n'était un Inquisiteur chevronné- lorsque l'on représentait tout ce qu'il y a de plus communément illégal dans cette ville.

C'est avec un sourire perlant au coin des lèvres que Coppélia reprit une gorgée de vodka, tâchant de paraître poliment embarrassé face à cette arme de service coulée dans sa gaine de cuir.

"Je ne fais rien de précis…"

A question dérangeante, réponse évasive. Le travesti lui adressa un sourire léger en guise d'excuse. Il n'était pas rare pour les "jeunes" d'enfiler les petits boulots sans importance concrète ou de vivre aux dépends de leurs parents, pour les plus aisés…l'esquive pouvait passer. De plus, il ne se sentait pas d'humeur à s'inventer une profession, pas ici, pas maintenant… surtout pas maintenant. Qui sait ce qui pourrait arriver si son don d'acteur le laissait tomber, juste parce qu'il pensait un peu trop à Mihka…?
Prudence.
Il avait l'impression d'entendre son ancien proxénète. Lui aussi manquait à sa vie. Comme un pantin se sentirait seul sans son marionnettiste…Que devenait-il? Avait-il été exécuté, ou croupissait-il dans les geôles noires d'Assiah…?

Nouvelle gorgée de Black Russian –plus longue, plus piquante, plus apaisante.

"…Si ce n'est me lamenter sur mon sort."

L'Erelim laissa filtrer un rire évanescent, qui tomba comme des grelots dans son verre d'alcool sombre, en troublant la surface gorgée de reflets. Il était très doué pour ça. Se plaindre, gémir seul dans le noir. Sans jamais faire le moindre effort pour sortir de la fange dans laquelle il était né. Comme un enfant stupide.
Soupir.
Apparemment, l'alcool ne l'aidait pas à oublier, ce soir. C'était fort dommage, il en aurait bien eu besoin.
L'Erelim promena ses doigts gantés sur sa tempe, chassant quelques mèches sanguines par la même occasion. Il croqua un sourire mi-figue, mi-raisin en regardant Catherine, avant de souffler d'une voix feutrée qui se voulait amusée:

"Je parle déjà comme une vieille alcoolo, c'est terrible -_- …"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regarde la tour, assise sur un banc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Regarde la tour, assise sur un banc
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Centre Ville :: L'Anor Lisen-
Sauter vers: