[Forum Archive] Jeu de rôle d'interprétation sur forum, concernant un monde futuriste et post-apoalyptique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eleven [Chef de la section terrain]

Aller en bas 
AuteurMessage
Eleven
Consortium - Chef de la section Terrain
Consortium - Chef de la section Terrain
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Eleven [Chef de la section terrain]   Sam 13 Oct - 13:29

Nom :

Delore

Prénom :

Eleven

Surnoms :

Nombreux. Communément : le voleur, le délinquant, le voyou ou autre diminutif du même accabit. Coté gouvernement, "le déchu" revient souvent, même si la plupart de ceux qui emploient ce sobriquet ne save même pas pourquoi...

Depuis plusieurs mois, cependant, le délinquant n'a plus lieu d'être. Il a été remplacé par "le loup" (décidément, l'imaginations des gens de basse extraction atteint des limites de stupiditée parfois insoupçonées)...



Âge :


30

Race :


Humain

Clan :


Consortium

Rang :

Chef des équipes de terrain

Description physique :


A trente ans, Eleven est plutôt grand et athlétique pour un ancien chef des renseignements. Assez musclé, plutôt fin, notre protagoniste est extrêment souple, agile et rapide (pour un humain, s'entend bien). Son visage est assez agréable a regarder, relativement expressif et sans imperfections si on fait abstraction de ses deux grosses bizarreries.
Car double bizarrerie il y a. En premier lieu, la cheveulure. Epaisse, longue et abondante par temps sec, elle perd tout son volume dans l'humiditée (ou plus communément lors d'une bonne grosse averse) : Eleven devient alors méconaissable, ses long cheuveux tombants se plaquant alors contre son dos jusqu'au bas de celui-ci. Deuxième bizarrerie, et pas des moindres : les yeux. Jaunes. Personne ne sait pourquoi, il n'y a pourtant pas eu de quelconque hybridation dans les gènes du jeune homme. Cette paire d'orbes couleur acide rend le regard de l'ancien chef de l'espionnage extrêment pénètrant, limite dérangeant si prolongé.

Et devinez quoi? Changement de style vestimentaire! Enfin presque... Manteau plus ample, lunettes noires style ray-ban pour cacher ses yeux jaunes et toujours ce style a fourures et a bottes métaliques qui ferait peur a la ménagère de plus de cinquante ans... A croire que son entrée sous une autoritée ne l'a pas vraiment changé...


Description caractérielle :

Grand sujet que la psychologie d’Eleven. Plûtot êtrange a première vue, le mystère s’épaissit lorsqu’il vous répond de sa voix grave et peu chaleureuse : a la fois cynique, aigri et un peu paumé, il est difficile pour le néophyte de ne pas se trouver rebuté par les propos du malfrat, tant ces dernièrs peuvents êtres crus et malvenants. Contrairement a ce que pourraient laisser penser ses actes, Eleven est quelqu’un de très détaché materiellement, la chose a laquelle il tient le plus est sa vie, vie qu’il compte utiliser pour savoir ce qui se trame au gouvernement, et ce pourquoi il a été limogé. Mais il faut bien vivre n’est-ce pas ? Incroyablement calculateur, un peu lâche sur les bords, le voyou le plus recherché de la ville fait frémir tout les dirigeants de grosses sociétés portés sur la technologie de pointe, dirigeant qui on tous penser a renforcer la sécurité de leurs usines après les premiers hauts faits d’Eleven. Cependant, derrière le masque se cache une autre facette, celle qu’il ne montre jamais, qu’il n’a jamais montré et qu’il pense qu’il ne montrera jamais : celle de quelqu’un de sensible, laissant aller ses émotions au gré de son entourage, regrettant une vie de couple, voire de famille, qu’il n’a pas put avoir quand il était au gouvernement et que desormais il a très peu de chances d’obtenir...

Là aussi ça a un peu changé. Toujorus de vilaines manières, mais un peu plus de respect avec ses supérieurs. Enfin, il est un chef (et un subordonné) possédant un sens de la politesse et de l'obeïssance tout a fait propres a lui même (disons qu'il "sarrange" avec l'étiquette). Son poste l'oblige de toutes façons a marcher sur la limite légale un paquet de fois, alors il ne veut pas faire le malin niveau politesse. Mais il veut toujours savoir pourquoi, du jour au lendemain, il est devenu un voleur, et compte sur sa nouvelle organisation pour l'aider un peu dans la tâche... Mais la grande nouvelle c'est... La raison pour laquelle il a rejoint le consortium. Disont que depuis son altercation dans la crypte, il a eu une envie aussi stupide qu'inexpliquée de rejoindre le consortium. Akilina, qui lui a fait une belle balafre au pistolet l'à accepté presque aussitôt compte tenu de son pedigree et de ses compétences. Ho, bien sur, il est bien trop timide pour faire autre chose que plaisanter quand elle lui donne un ordre de manière autoritaire, mais cela convient a tout le monde... Pour l'instant...


L'attentat, Eleven s'en contrefout. Il fait son bonhomme de chemin, et trouve même profitable que les gros poissons se soient dévorés : plus de place pour le petit consortium qui monte.


Style de combat et armement :


Hum. Là aussi, assez étrange. Profitant de son habilitée et de sa rapiditée hors du commun, Eleven est un redoutable combattant de corps a corps, pas foncièrement puissant mais très technique. Utilisant un glaive a charge décrit plus bas, le voleur tire un maximum parti de son environement et de tout son corps : lame, poing, pieds, murs, rambardes et poses acrobatiques son de rigeur avec ce type d’adversaire, mariant un style autodidacte a une maitrise plus qu’honorables des épées a une main.
C’est bien sur dans les attaques surprises que notre protagoniste est le plus doué, arrivant a poignarder dans le dos a peu près n’importe qui tant que la cible ne l’a pas reperé (la légende raconte qu’il tué un Terach serpentoïde de cette manière). Prompt a se cacher dans les recoins sombres ou dans les lieux inaccessibles, combattre Eleven au corps a corps est un calvaire connaissant ses méthodes aussi peu orthodoxes qu’honorables. Mais a distance, ce dernier n’est cependant pas dénué de toute capacités : il possède un arc T.E.K. (volé chez Mialkka, voir plus bas), assortit de ses traits en acier et d’une cinquantaine de flêches du même accabit que l’arme. Tirant avec une précision convenable sur a peu près soixantes-dix mêtres, l’arme seconde de notre protagoniste peut s’averer redoutable sachant qu’il s’en sert correctement. Deux gros talons d’achille ne sont cependant pas a négliger : la faible resistance physique, et son incapacitée a endomager correctement quelqu’un a plus d’une centaine de mêtres, son habilitée pour les armes a feu longue portée étant moyenne...

Dernier rajout a la collection d'armes d'Eleven (merci Akilina!) est une ceinture de grenades claymores : petite explosion, gros dommages corporels a cause d'éclats particulièrement voilents. A utiliser avec modération.

Armes :

-Le glaive a charge MK-12 (volé a Babylon Garden Corp.) :
Arme de corps a corps reprennant le modèle romain, le glaive a charge se présente sous la forme d’une lame de trente centimètres en acier assortie d’une garde de douze centimètres en cuivre renforcé. Ladite lame possède un coté (très) tranchant et un autre coté un peu mois affuté, bardé de minuscules épines irrigués par le liquide du tube de charge. Car de la vient toute l’originalitée de l’arme : le tube a charge est un tube de verre de dix centimètres que l’on insère dans le manche du glaive. Un système simple de caneaux en titane permet l’acheminement du liquide vers les micropiuques du coté droit de la lame. Inutile de rpéciser que les tubes de charge peuvent contenir un grand nombre de choses, allant de l’arsenic au somnifère en passant par l’acide et autres joyeusetées. Relativement plat et assez léger compte tenu des materiaux utilisés, il est facile a range et passe inaperçu sous le manteau a fourures d’Eleven...

-L’arc T.E.K. (volé a Mialkka corp.) :
Façonné dans un métal composite incroyablement léger, l’arc réctractable T.E.K. est une arme a distance efficace et silencieuse. De moyenne portée, elle peut expedier des carreaux en acier avec une précision redoutable grace a sa lunette possédant un mode «nightvision» intégré. La grosse nouveautée de ce type d’armement réside dans ses munitions spéciales : les flèches T.E.K., flèches possédant une charge explosive photonique retardée dans leur pointe. Une fois que le trait a atteint sa cible, la charge explose en trois secondes dans une zone réduite mais concentré. Pliable, ce petit bijoux de technologie s’accroche dans le dos du voleur sans faire le moindre pli sur ses vêtements, la taille réduite des flêche le laissant transparaître qu’un petit carquois de maigre contenance sous le logement de son arme de tir.

Signes particuliers :


A part ses yeux jaunes citées plus haut, Eleven possède une belle cicatrice a l'épaule. Lors de la vente a la crypte, la balle de sa future supérieure lui a joliment troué la clavicule et il a mis deux semaines a s'en remettre... Depuis, une couture de fortune mal faite est toujours visible par dessous les savants points de suture des chirurgiens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleven
Consortium - Chef de la section Terrain
Consortium - Chef de la section Terrain
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Eleven [Chef de la section terrain]   Sam 13 Oct - 13:30

Histoire :

Trop imaginatifs ou alors pas assez, le petit Delore, venu au monde un onze novembre, sera baptisé «Eleven», en correspondance avec son jour et son mois de naissance. Vous penserez sûrement que c’est le genre de patronyme qui vous pourri une enfance du fait de son originalitée. Il n’en fut rien, et la période de zéro a dix-huit ans du jeune garçon se passa a merveille, ses très bons résultats scolaires faisant la fierté de ses parents et de ses proffeseurs. Mention excellent, a peu près partout. Du jamais vu. Prédestiné a une grande carrière proffesionelle, celui qui n’était encore qu’un pré-adulte entra dans une academie de formation gouvernementale. Repéré dès les premières semaines par le «big boss» du centre, Eleven fut plaçé dans une classe un peu spéciale, une classe d’élite qui suivait des cours bien au dessus de la moyenne réglementaire. Sortit parmis les meilleurs de sa promotion, de nombreuses voies prestigieuses s’offraient a notre protagoniste : il entra aux services de renseignements en tant qu’officier de de carrière. Grimpant les échelons a une vitesse défiant la logique, le jeune homme se retrouva propulsé chef de son service en des temps records. Devenir l’une des personnalitées les plus importantes au sein du gouvernement a vingt-huit ans n’est pas donné a tout le monde. Une belle année s’écoula, faite d’écoutes, de comptes rendus et d’espionnages en tout genre. L’éfficacitée du service mené par Eleven en fit pâlir plus d’un.

Puis, par un beau début de lundi, le jeune homme classieux en costard noir se pointât devant l’entrée de son service, comme tout les matins, et passa son badge devant la borne d’identification...


Accès-Refusé

Un léger étonnement remplaçat la mine habituelle du chef des renseignements. Ce dernier repassa sa carte encore une fois.

Accès-Refusé

Une pointe d’agacement replaçat le précédent faciès de notre protagoniste…

Accès-Refusé

Accès-Refusé

Accès-Refusé



Rien a faire, cette saloperie de porte en métal ne voulait pas s’ouvrir. Vint alors la dure épreuve du téléphone...

Allo ?

Jack? Ecoute, c’est moi Eleven! J’ai un problême je...

*clac*

Tut, tut, tut ,tut....

Abasourdit, celui qui venait de se faire racrocher au nez retenta a peu près tout les numéros de son répertoire proffesionnel. Partout le même cas : racrochage en bone et due forme. Même en se faisant passer pour quelqu’un d’autre il n’y avait rien a en tirer, chaque fois que les mots «Eleven», «Delore» et «chef» étaient mentionés, la communication était mysterieusement interompue.

Le fils unique Delore rentrat chez lui, ou plûtot, tenta de rentrer chez lui. C’est lorsque sa clé cassa dans la serrure de son appartement qu’il se rendit a l’évidence : sa ladite serrure avait été changée. Vint ensuite l’heure de se restaurer. Incapable de rentrer chez lui (mur trop lisse, fenêtres inpracticables en plus d’être teintées), Eleven qui était assallit par le doute et par une foule de questions, décida de manger dans un petit bar sur une place ensoleillée. Puis vint le moment du paiment. Toutes ses cartes étaient refusées, et un homme comme lui ne possédait aucune liquiditée. Premier acte mesquin de sa vie, le grand et réputé monsieur Delore feintat un coup de fil a sa femme (célibataire depuis toujours, il ne savait ce qu’était un couple que par observation) pour fuir dans les ruelles. L’après midi passa a une vitesse folle, est c’est vers vingt-trois heures qu’Eleven s’endormit sur le pas de sa porte, après avoir tenté de contacter tout ceux qui auraient pu l’aider, en vain. Plus de parents (c’est cruel un accident de voiture), pas d’amis, pas de femme ou de petite amie, personne chez qui passer la nuit...

Lumière du jour. Il est huit heures. Quel chance d’avoir dormit dans les couloirs de son immeuble chic : il y au moins la chaleur et la sécuritée, même quand on ne dort pas chez soi. Mais il fallait retourner au charbon et essayer de comprendre...

Le mardi se passa a peu de choses près comme le lundi, et c’est en retournant se coucher devant sa porte que notre protagoniste se rendit a l’évidence : il n’existait plus, il n’avait plus rien.

Le lendemain le concierge de l’immeuble jeta le nouveau clochard en dehors des couloirs qui lui servaient de refuge, niant qu’il fut son locataire pendant plus de trois longues années...

Seul, sans le sous et a la rue, cruelle et rapide fut la déchéance d’Eleven Delore. Mais lorsque l’on est au plus bas, on ne peut que remonter, même si l’on ne remonte pas forcement dans la voie la plus honorable qui soit...

Determiné a vivre malgrès sa cuisante humiliation, celui qui allait devenir le voleur le plus réputé de la ville commençat sa fulgurante assencion dans l’estime du monde de la rue. Combats de rues illégaux, pour l’argent; tenue discrète et d’un style agressif, pour le respect ; et vols audacieusment géniaux... Pour le prestige? Pas vraiment. Premier haut fait, dérober la version finale du glaive a charge de Babylon Garden corp. dans un siège administratif balayé par des centaines de caméras et de faisceaux laser. Deuxième haut fait, l’usine Mialkka et ses patrouilles de Terach félinoides surentrainés. Le vol d’un des très prisé arcs T.E.K. ne fut aucunement relaté dans les médias, seul les habitants des bas fond peuvent décrire des descentes assez brutales de commandos aux yeux félins, qui semblaient rechercher quelque chose...

Complêtement changé de style, méconaissable et endurci par sa vie dans la rue, Eleven reprit, par une sombre et froide nuit, le chemin du siège de son ancien ministère, quatre mois plus tard... Connaissant le terrain, le voyou n’eut aucun mal a contourner les systèmes de sécurité pour s’introduire directement dans le bureau du nouveau chef du service, dont le nom n’était pas mentionné sur la porte. Fouillant dans les tiroirs de celui qui avait pris sa place, notre protagoniste n’eut pas trop le temps de découvrir grand chose, sachant que la lumière du bureau s’alluma brusquement...

Hé vous! Les mains en l’a...

Gros moment de silence. Malgrès le changement radical apporté a sa coupe et son habillage, l’antique auxiliaire d’Eleven, Jack, avait reconnu son ancien patron. Une seconde d’inatation de trop et celui qui faisait des heures sup reçut le coté a picots du glaive a charge dans le bras. Il s’écroula d’ailleurs rapidement sur le sol, assomé par le puissant somnifère contenu dans le tube du dit glaive. L’alarme se déclenche, la fuite est un peu précipitée mais le délinquant s’en sort indemne. Rien a faire, ce n’était pas encore ce soir qu’il saurait pourquoi on l’avait fait disparaître de la circulation du jour au lendemain.

Connu de tous les petites gens et de la plupart des bandits de la grande citée, Eleven le malfrat continue de vivre et de survivre dans le seul but de répondre a la seule question qu’il se pose encore : Pourquoi?

La vie se passa correctement pour Eleven, vie faite de vols, de ventes et de fuite perpetuelle... Mais le tournant dans le quotidien du délinquant se fit un soir où il avait décidé de vendre des armes volées dans les cryptes du cimetière de l'église (rho, c'est pas bien...). Les pépites s'accumulaients, les imbéciles se pressaient pour acheter le dernier modèle de fusil volé chez machin... Rien de bien passionnant. Sauf que ce soir là, deux invitées spéciales accompagnées d'escortes avaient fait le déplacement : Akilina Ivanova, du consortium et deux soudards qu'elle avait laissé a l'entrée. Depuis le temps qu'elle voulait coincer le petit con qui empiétait sur ses plattes bandes... D'un autre bord, la grande cardinale de l'église d'assiah avait fait le déplacement avec ses deux moines shaolin personnels. Elle voyait mal le petit con concerné vendre des armes volés dans un lieu saint tel que le cimetière de son église...

L'arrivée de ces femmes fatales boulversa qu'elque peu le commerce de notre protagoniste. Deux ou trois argumentaires plus loin, pour on ne sait quelle raison (un moine un peu trop éméché par le gros balourd de gang qui reluque sa maitresse, sans doute...); la vente tourne a la bagarre générale : coups de feu, coups de poing, coups de lames et douche de sang pour tout le monde ("Merde, Ike, gros con, pourquoi tu as dégoupillé tes grenades?"). Après une boucherie sans précédent et un début de sirène de flic approchant (effectivement, un vieux papy habitant près du cimetière c'est plain en pensant que des voyous y organisaient une rave party... Dur de la feuille, le pépé...), tout le monde se barre en pagaille. Et voila notre cardinale qui s'éclipse avec ce qui reste de ses deux moines-karaté. Akilina, elle, tire directement sur le vendeur pour l'empécher de vendre a nouveau et le blesse a l'épaule (d'un coté, eviter les balles ça marche un peu moins bien quand la tireuse sait viser). Cohue, et échapatoire autant pour le délinquant que la représentante du consortium...

Trois semaines plus tard, quelle ne fut pas la surprise de Rick Hunter, fonctionnaire au consortium, de découvrir, assit sur son fauteuil, un jeune homme mal peigné entré dans ses bureaux par effraction.

"Je veut parler a un responsable!"

Coups de fil, coups de sang et coups de poker, Eleven est reçu par le président du consortium. Le brave homme semble tout a fait apprécier le culôt de celui qui prétend, pour une raison inconnue, intégrer les rangs de l'entreprise. Fort de son experience et de sa grande gueule, l'ancien chef des renseignements est engagé comme chef de terrain pour le consortium. Comme par enchantement, son casier judiciaire, aussi long que la liste de tout les cons de la terre; vole en éclat dans la journée... Merci monsieur le directeur!

Depuis, Eleven continue a exercer son job avec verve, désinvolture et humour. Il a ainsi un peu gagné en humanitée, ainsi qu'en cohérence. Il commence a pein a comprendre pouquoi il a tant voulu intégrer la compagnie d'Akilina... Et pour l'instant, continue a jouer au con, timide qu'il est...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Eleven [Chef de la section terrain]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Fanmi Lavalas veut occuper le terrain, en attendant Obama...
» terrain enneigé
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: [ Demandez et l'on vous donnera. ] :: Présentation :: Consortium [validée]-
Sauter vers: