[Forum Archive] Jeu de rôle d'interprétation sur forum, concernant un monde futuriste et post-apoalyptique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anastesia Thersinker [Cardinale]

Aller en bas 
AuteurMessage
Anastesia Thersinker
Cardinale de l'Amariah
Cardinale de l'Amariah
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Anastesia Thersinker [Cardinale]   Jeu 11 Oct - 3:13

Nom : Thersinker.
Prénom : Anastesia Holy (remarquez l’absence voulue du second « l » normalement inclus dans le prénom…)
Surnom : Sa modestie quasi-inexistante se traduit dans ses nombreux surnoms : Seigneur, Votre Excellence, voire Sa Sainteté.

Âge : Théoriquement, 26 ans.
Race : Humaine.
Clan : Amariah.
Rang : Cardinal de l’Amariah.

Description physique : Pas jolie, ni mignonne, mais plutôt prétentieusement belle, Anastesia est une jeune femme dans la fleur de l’âge, au charisme bien développé. Ni grande, ni petite, mesurant presque un mètre soixante-cinq, son poids parfaitement accordé à sa taille, avec ses cinquante-sept kilos, répartis également sur toute la surface de son corps.

Son Excellence a de longs cheveux noirs d’obsidienne, irisés de reflets paraissant parfois grisâtres, malgré son jeune âge, qui descendent en ondulant sur ses épaules jusqu’au milieu de son dos. Ses yeux, quant à eux, sont à peu près la seule chose impressionnante chez elle (à part son rang) : d’un gris-bleu glacé, pétrifiants, cerclés de noir de jais profond, ils ressortent parfaitement, malgré son visage pâle aux traits tirés. Elle a un petit nez mutin, centré à la perfection, et des lèvres pâles et minces, qui, lorsqu’elle sourit, laissent entrevoir des dents de perle parfaitement alignées. Ses pommettes bien hautes marquent encore plus ses traits amers. Elle a un port de princesse, hautain et fier, qui s’accorde parfaitement à sa personnalité. Sa silhouette veloutée, sans exagérations anatomiques ni déformations particulière, n’est que bien peu musclée. De toutes façons, elle n’a nul besoin de l’être, d’autres se chargent de la protéger.

Anastesia ne se permet pas d’écart quant à ce qu’elle porte. Tous les jours revêt-elle donc une tunique inspirée du modèle de celle qu’eut porté le Pape chrétien. C’est en fait une longue toge coupée bien droite dans un tissu blanc ou beige, avec une large ceinture noire ou dorée. Sur ses épaules est posée une corolle de tissu qui tombe dans son dos et sur sa poitrine. Sans l’« horrible chapeau farfelu », comme elle aime le dire, mais plutôt en laissant ses cheveux sans ornement quelconque. Ses pieds revêtent toujours des souliers à talons hauts, qui émettent un bruit particulièrement irritant lorsqu’elle marche.
Description caractérielle : Ah ! Anastesia, âme hautaine, corolle de paradoxes inégalables, charisme à l’état brut, diamant des neiges : tout cela, et bien plus, colle à la réputation de la froide Cardinale qu’elle est comme une seconde peau immuable.

Outrecuidante orgueilleuse, Anastesia est une jeune femme qui préfèrerait subir les Sept Plaies d’Égypte plutôt que d’être humiliée en public. En privé, c’est différent, il est facile d’exterminer un gêneur, mais face à plusieurs personnes… moins subtil. Jeune femme à la conversation amère, au ton condescendant et aux répliques souvent méprisantes, elle aime à faire croire qu’elle est méchante, alors qu’elle ne l’est pas plus qu’une autre. Lunatique, lui parler est un art en soi : il faut choisir les bons mots et ne pas s’échapper, puisque certaines paroles la charment, d’autres la rendent furieuse.

Anastesia est quelqu’un qu’on pourrait qualifier de persévérante, au mieux, d’obstinée, voire farouche, au pire. Rien ni personne ne peut la faire changer d’idée, si ce n’est ceux qui sont politiquement proches d’elle. De toutes façons, rares sont ceux qui osent défier sa suprématie. Elle aime particulièrement régner sur toute l’Amariah, d’une main de fer, mais qui s’apparente à celle d’un marionnettiste qui ferait faire ce qu’il veut à qui il veut. Elle n’admettra que difficilement qu’elle a tort.

Sa Sainteté a un ego démesuré, peu importe de quel aspect on le prend. Sur une échelle métrique, sa modestie serait sûrement loin dans le négatif, et son estime d’elle exploserait des records. Elle ne remet jamais en question ce qu’elle dit ou fait, mais aime réprimander tout ce que les autres font, même si ce n’est qu’un tout menu détail. Jamais rien n’est trop parfait pour elle. Elle prend fort bien les compliments, souvent à coups de « je sais, oui » ou de « on me le dit souvent », mais les critiques sont comme une gifle en plein visage. Elle les déteste, et si elle ne les ignore pas, renchérit exponentiellement.

Comme vous pouvez le déduire, Anastesia n’est pas facile à côtoyer. Cependant, lorsqu’elle entre en relation de confiance, il n’est pas rare qu’elle se laisse aller à un côté plus doux de sa personnalité : une jeune femme comme les autres, qui, malgré son éducation stricte et religieuse, pèche parfois par excès des bonnes choses…

Style de combat et armement : Anastesia ne combat que rarement. Seulement, comme toutes les prêtresses qui furent élevées dans le cadre de l’Amariah, elle sait se défendre, particulièrement au corps à corps, mais sait aussi manier les bâtons de toutes sortes et la lance.
Signes particuliers : Aucun.

Histoire : L’ancien Cardinal était loin d’être un homme saint. Il avait fait changer nombre de lois de l’Église, et évidemment, avait su profiter de celles déjà établies. Ainsi, l'abolition de l'abstinence sexuelle aboutit à une naissance, celle où naquit Anastesia, celle qui serait son unique enfant, une fille, malheureusement pour lui. Cependant déçu de ne pas pouvoir léguer son règne à un fils, il éduqua sa fille comme il se devait, dans l’optique où il n’aurait pas de garçon et devrait laisser à Anastesia le soin de continuer ce qu’il avait construit.

Dans cette atmosphère se déroula l’enfance et l’adolescence routinière de la jeune fille : combat, prière, bourrage de crâne et leçons de vie et de religion faisaient partie intégrale de cette période de sa vie. Cependant, puisque habituée à un jeune âge, Anastesia était une auditrice passionnée : elle approuvait et assimilait tout ce que son père et maître lui enseignait. Il n’était pas des plus cléments, et n’acceptait jamais l’imperfection. Il voulait sa fille digne de lui succéder, et elle le fut, pour son plus grand bonheur.

Anastesia n’obéissait qu’à son père. Les autres, ils pouvaient bien aller voir ailleurs, et la jeune fille à peine adolescente n’hésitait pas à les rabrouer, souvent violemment. Pour son âge, elle avait un caractère volcanique. Et malheureusement pour ceux qui, elle le savait, seraient sous son joug lorsque son père mourrait, elle serait plus que tyrannique. Et heureusement pour elle, ce moment arriva plus tôt qu’elle ne l’aurait prévu. Son père mourut, quelques années après sa majorité, d’une cause encore obscure.

Ce fut donc à ce moment qu’elle devint officiellement Cardinal de l’Amariah, dans toute sa splendeur. C’est ainsi qu’elle commença son règne de tyrannie douce, comme elle aimait le dire. Cependant, au fil des années, sans que l’Amariah ne change du tout au tout, Anastesia devint de plus en plus acariâtre et désagréable. Elle n’hésita jamais à faire ce qu’elle jugeait bon sans tenir vraiment compte de ce que les autres en pensaient, malgré toutes les bonnes valeurs qu’elle véhiculait parmi ses fidèles.

Ce fut lorsque la rumeur de la pilule d’immortalité parvint à ses oreilles qu’elle découvrit ce qu’était son véritable rôle. Tout en tentant de laisser dériver ses adeptes sur la voie de l’amour et de l’acceptation, de la compassion et du respect, qu’elle même avouait croire aveuglément, elle les enracina dans une croyance de l’héréticité de Babel Corp., qui poussait, selon elle, trop loin.

La haine platonique que se vouaient mutuellement Zion et l’Amariah ne fut instigatrice que de quelques attentats mineurs, qui ne firent aucun morts, mais beaucoup de blessés dans les deux rangs. Folle de rage, Anastesia tentait de trouver la faiblesse de Zerach afin de la retourner contre lui. Cependant, elle n’eut pas à user de stratégie pour le mener à sa perte : l’histoire de l’Opéra d’Assiah, tout nouvellement reconstruit, la débarassa d’Abel et la hissa, indirectement, au trône de la cité, puisque le Régent s’était lui aussi volatilisé.

Certes elle ne s’en était pas sortie indemne : avec un bras et plusieurs doigts fracturés, elle fut cependant très grandement affectée psychologiquement et sous traitement médical depuis qu'elle apprit qu'elle était stérile des suites de l'effondrement d'une partie du balcon sur son ventre et ses cuisses. Sa froideur s’est estompée depuis l’incident, même si elle est toujours aussi impulsive et cynique, elle semble profondément troublée. Elle est pourtant certaine de se remettre de cette phase difficile sans causer de problèmes à la faction dont elle est la maîtresse.

Et c'est ce qui arriva. Bien que ses jambes soient encore couvertes d'affreuses cicatrices, déformées par l'attentat, elle peut marcher et sa poigne de fer s'est refermée encore davantage sur la ville, pour ne pas parler de l'Amariah. La découverte de la drogue Z fit refaire surface à son tempérament fort et défenseur, véritable tempête lorsqu'elle s'y mettait vraiment. Elle toléra un moment cette nouvelle façon de se détruire, puisque les Lamias y succombaient, nombreux, d'overdoses.

Elle y mit un terme, avec son règne quasi total nouvellement acquis, en illégalisant la drogue Z. Le reste de l'effondrement de Zion se fit tout seul, sans même qu'Anastesia n'ait besoin de lever le petit doigt, aidé par le Gouvernement. Le seul problème restant était les Lamias, qui attaquaient les gens pour leur sang, après l'arrêt de clonage de sang de la Babel Corp. Mais ça, elle avait le temps de s'en occuper, grâce à ses Inquisiteurs qui avaient pratiquement remplacé la milice de la ville.

(Possible qu'y ait un truc qui cloche, si cay le cas, désolée d'avance ^^")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Anastesia Thersinker [Cardinale]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1749] Souvenir d'un Rêve (Dormin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: [ Demandez et l'on vous donnera. ] :: Présentation :: Amariah [validée]-
Sauter vers: